Agir après un viol!

Nous avons précédemment vu l’importance de réagir lors d’un harcèlement sexuel! Mais que faire si le pire est arrivé? Si l’agression a eu lieu? Suite de la synthèse des recommandations du ministère de l’intérieur.

Suite à un viol, il convient d’admettre 3 grands principes à appliquer en priorité:

1. Ne restez pas seule, dirigez-vous immédiatement vers les forces de l’ordre, les urgences, votre famille, vos amis…

2. Ne gardez pas le silence. Tentez de parlez à quelqu’un en qui vous avez confiance, demandez une écoute, un accompagnement psychologique avec une association spécialisée. Ces dernières pourront également vous informez sur vos droits.

3. N’oubliez pas, c’est l’agresseur qui est le coupable! Il va chercher par tous les moyens à se disculper.

 

Engagez des poursuites judiciaire.

Déposez une plainte, auprès du commissariat/ de la gendarmerie, du procureur de la République au Tribunal de Grande Instance (TGI), le plus proche. Faites un récit détaillé et gardez une trace écrite, les poursuites judiciaires peuvent être longues.

Portez vous Partie civil, ce qui est recommandé, votre avocat sera tenu informé du déroulement du dossier. Vous pouvez demander l’aide juridictionnelle totale ou partielle auprès du TGI. Cette aide est accordée aux victimes de viol sans condition de ressources (art 65 de la loi 2002-1138 du 09/09/2002).

 

Consultez un médecin.

Faites pratiquer un examen médical. Les forces de l’ordre pourront vous conduire dans une Unité Médico Judiciaire (UMJ) où les frais médicaux seront à la charge du Ministère de la Justice.

L’examen doit être fait le plus tôt possible après l’agression, dans la mesure du possible ne vous lavez pas avant l’examen et gardez les vêtements dans un sac. Si les faits sont récent (inférieur à 8 jours) adressez vous au service d’urgence de l’hôpital le plus proche.

 

Pour des faits ancien, pratiquez quand même un examen médical et adressez vous aux forces de l’ordre et/ou à une association spécialisée.

Dans tous les cas consulter un médecin vous permettra de:

1. Recueillir des preuves, prélèvements biologiques, traces de violences, état de choc, traumatisme psychologique….

2. Faire établir un certificat médical pour une Interruption Temporaire de Travail (ITT), que vous exercez ou non une activité professionnelle (important pour les poursuites judiciaires).

3. Préserver votre

santé grâce aux soins, prévenir les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) y compris le SIDA et les risques de grossesses.

 

Pour allez plus loin:

Permanences téléphoniques nationales:

  • Viols Femmes Infos: 0 800 05 95 95
  • Violences conjugales: 3919
  • Allo enfance maltraitée: 119

Articles de loi:

 

1 commentaire
Laisser une réponse