10 Conseils Pratiques Pour Un Noël Sans Conflits

10 Conseils Pratiques Pour Un Noël Sans Conflits

Les fêtes de fin d’année approchent et vous n’avez pas envie de discuter pendant des heures de politique avec le tonton moralisateur, d’entendre que votre sœur est meilleure que vous dans tous les domaines ou encore que votre partenaire de vie est un.e fainéant.e.  Le confinement vous a fait prendre du poids (comme la plupart des personnes ;) ) vous le savez et vous n’avez pas non plus besoin que votre belle mère vous le rappelle. 

Alors comment éviter ces situations? Quel comportement adopter? Que faut-il faire pour déjouer les conflits et garder un esprit de fête tout au long de la soirée? 

Nous vous proposons 10 conseils pour éviter les conflits en famille et pour passer un agréable moment. 

Avant la soirée

1. Discuter avant les fêtes 

Le but de cette entrevue est de poser les choses, les non-dits, dans un cadre bienveillant et d’aborder les problèmes relationnels et organisationnels qui peuvent exister. Pour ce faire, il est important de laisser chaque personne s’exprimer et de verbaliser son ressenti, ses croyances et sa vision des choses. On peut être en désaccord sur plusieurs sujets mais on doit être d’accord pour s’écouter et trouver des solutions ensemble. Il faut aussi pouvoir accepter le point de vue de l’autre, clarifier la situation, les enjeux et les attentes de chacun. Ne cherchez pas à répondre pour convaincre mais plutôt à déterminer les points de crispation et tous les éléments qui y sont liés. Une fois toutes ces sources de conflits ciblées, pensez à reformuler les propos et à valider les objectifs et les enjeux. 

2. Fixer les règles de bonne conduite pour la soirée

Une étape importante est de définir ce qu’il faut faire et comment doit se passer la soirée. Pour limiter les sources de tensions, il est primordial d’avoir une vision claire et objective de l’événement. Définissez en amont, le budget, le plat, la décoration, les choses à faire et à ne pas faire… Cela vous permettra, d’une part, de limiter les interprétations et les “Je croyais que…” ; “je pensais que…”  et de bien mettre en lumière qui doit faire quoi, comment et à quel moment… d’autre part, cela évitera aussi que ce soit toujours les mêmes qui dressent et débarrassent la table, se retrouvent en cuisine et effectuent les tâches ménagères…

Pensez également à impliquer, responsabiliser et à faire confiance à vos proches. Si besoin, dressez une liste des tâches ou chacun pourra se positionner (sur la base du volontariat et si besoin du “désigné volontaire” par élimination). Concernant le plan de table, pensez à positionner les personnes qui ne s’entendent pas du même côté sans pour autant qu’il soit côte à côte. Cela limitera les contacts visuels et les tentations de dérapage pendant le repas. Il n’y a pas de miracle mais plus on communique en amont, plus on a de chance que cela se passe bien. 

3. Lâcher prise

Acceptez qu’il peut y avoir des aléas et que ça ne se déroule pas comme prévu. Même si la règle est d’anticiper au maximum ce qui pourrait se passer, on ne peut se murer dans une bulle anxiogène, de contrôle et de sécurité.

Dès lors que nous sommes face à un humain, il y aura toujours une part d’inconnue et de prise de risque, il faut l’accepter et ne pas perdre de vue qu’il s’agit surtout d’un moment de convivialité pour soi et les autres. Prenez du recul et effectuez des exercices de respiration et de visualisation avant d’accueillir vos convives afin de gérer votre stress et vos émotions. Si la pression est trop forte, échanger avec votre conjoint et déterminer ensemble les axes sur lesquels vous pouvez intervenir respectivement. 

Pendant la soirée

4. Adopter une posture positive

La posture représente plus de la moitié du message selon Albert Mehrabian. Afin de transmettre une image positive soyez calme, détendu, accueillant et bienveillant (c’est la base mais on a souvent tendance à l’oublier).  Les convives vont le remarquer et cela va certainement créer une dynamique vertueuse.

5. Se fixer un objectif : passer une bonne soirée

La pression d’un déroulement de soirée parfait peut vous faire perdre de vue que le plus important est que vous passiez un moment agréable entouré de vos proches. Cette tension va progressivement augmenter au cours de la soirée dès qu’un imprévu, une remarque ou un commentaire viendra perturber l’équilibre… Il faut bien garder en mémoire que votre objectif est que tout se passe pour le mieux. Cela ne veut pas dire tout accepter et se laisser faire quoi qu’il arrive, mais plutôt, de ne pas se laisser porter par son égo et ses émotions. Le fait de garder un objectif en tête vous permettra de rationaliser vos comportements, vos réponses et vos attitudes.  Demandez-vous, dès que vous vous sentez perdre le contrôle,  si ce que vous allez faire va enclencher une situation positive ou négative…

6. Être attentif aux signaux faibles

Comme nous l’avons mentionné plus haut, le comportement non verbal joue un rôle important dans la relation. La manière de dire les choses et les mots choisis ont un impact aussi. Soyez donc vigilant au changement brusque de comportement, aux signes de tensions et aux attitudes de fermeture que pourrait avoir une personne. Ces signes sont souvent annonciateurs d’un mal-être, d’une gêne ou d’une volonté de contenir quelque chose.  L’excès d’alcool, par exemple, peut conduire plus facilement un individu à des comportements de transgression volontaire ou involontaire. 

7. Faire face au conflit 

Même avec toute la bonne volonté du monde, on ne peut pas toujours tout éviter. Si un conflit éclate, restez calme, rappelez-vous votre “mission” et gardez de la mesure dans vos agissements. Parlez moins fort, moins vite et plus calmement que votre interlocuteur. Restez positif et évitez de donner des leçons, ou d’être dans le jugement de valeurs, d’actions ou de personnes. C’est en général contre productif. Jouer sur les silences et ignorez les propos déviants. Posez des questions pour faire verbaliser la personne et pour pouvoir récupérer de l’information (vous pouvez aussi reprendre des éléments du point 1). Recentrez les échanges sur la soirée et recadrez les propos qui le nécessitent. Sur ce dernier point, favoriser le “JE” qui sera moins accusateur que le “TU”. Restez concentré sur le moment présent et orientez les conséquences que pourrait avoir le comportement de la personne dans le futur. Évitez de parler du passé. Acceptez aussi de vous remettre en question et de vous excuser si besoin.

8. Être réactif

La situation prend une tournure désagréable, la tension est palpable, les protagonistes viennent aux insultes et aux comportements déplacés… Demandez à votre conjoint ou à un proche de vous aider. Chacun d’entre vous doit récupérer une personne pour l’isoler. Votre « partenaire » peut, par exemple, diriger un protagoniste vers l’extérieur, et vous, vous dirigez l’autre vers le salon. Le but est de créer une rupture visuelle pour tenter de ramener chaque individu vers un comportement apaisé et acceptable. Revenez sur les faits, la perception des choses, les émotions ressenties et les conséquences des actions pour éviter qu’elles ne se reproduisent. N’hésitez pas à jouer la carte de la confiance ou des enfants (sans manipuler). Cela a souvent un effet positif sur les personnes en crise ce qui permet de désamorcer la tension. Fixer ou rappeler les règles de bonnes conduites pour la suite de la soirée. 

Si une des personnes souhaite partir et que cela est possible, laissez la s’en aller ou faites la accompagner. 

Si une personne fait un malaise ou ne se sent pas bien, effectuez les gestes de premiers secours et composez les numéros d’urgence adéquat en fonction de la situation : 15 / 18 /17 / 112

Après événement 

9. Reprendre la soirée dans de meilleures conditions 

Pas simple de reprendre une soirée sympa après un conflit ou un événement difficile. Proposer à vos convives de se recentrer sur des propos et des attitudes plus positifs afin de continuer le repas. Dans le pire des cas, si eux n’ont pas envie de le faire, proposez leur de faire un effort pour les enfants. On oublie souvent dans ces phases conflictuelles que les enfants sont également présents et qu’ils vivent les choses différemment de nous. Laissez leur la parole pour qu’ils puissent exprimer ce qu’ils ont vu ou compris. Si cela est possible, dédramatisez avec de l’humour ou de la dérision et proposez de passer à une activité afin de reconstruire un peu de magie…

10. Se rappeler de l’essentiel 

Il est important de savoir réagir lors d’un conflit et il est tout aussi important de profiter de chaque instant et de chaque personne. On se prépare souvent au pire et on oublie parfois le meilleur. Toutes les personnes présentes seront certainement aussi très contentes de se revoir et de passer un agréable moment. Il peut y voir des points de vue qui divergent, de la passion mais les fêtes de fin d’année sont surtout un moment de partage et ces derniers mois nous ont aussi rappelé à quel point il était important, pour ceux qui le peuvent encore, de profiter des proches, de créer des souvenirs et de ne pas oublier ceux qui sont partis trop tôt.

Je vous souhaite de passer des moments très agréables et positifs en famille et de passer de belles fêtes de fin d’année. 

La publication a un commentaire

  1. Ali Abdallah

    Salut Olivier, super article. Franchement.

    Les conseils sont concrets et utilisables. Je suis totalement d’accord avec le deuxième point. Cela nous évite les fameux « je ne savais pas » ou « tu ne me l’as dit »…

    Placer deux personnes qui ne s’entendent pas du même côté de la table, sans qu’elles soient côte à côte ? C’est ultra efficace ! Cela me rappelle une soirée que j’avais organisée… J’ai du utiliser cette stratégie pour éviter de passer un mauvais moment.

    Dans les cas les plus extrêmes, certains n’invitent pas ceux qui sont source de conflits. Que penses-tu de cette stratégie ?

    Merci encore pour ces conseils !

    Ali

Et vous, vous en pensez quoi?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.