Interview : Franck Ropers, la Self-Défense et le Penchak-Silat pour résoudre un conflit

Comprendre les notions fondamentales sur la gestion des conflits avec Franck Ropers, expert international self-défense et Penchak-Silat; Comment se préparer? Comment se protéger? Comment réagir? Comment ne plus subir? Toutes les réponses à vos questions sont dans le témoignage de Franck Ropers. N’hésitez pas à nous faire part de votre avis dans les commentaires!

 

« …La résolution de conflit se résume à la capacité d’évaluer vos capacités du moment et surtout être capable de mesurer la valeur de ce que vous souhaitez défendre… »

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


(Cliquez sur play pour écouter l’interview de Franck Ropers)

Face-au-Conflit : Bonjour Franck pourrais-tu te présenter s’il-te-plaît?

Franck Ropers :

  • Je suis Franck Ropers, j’ai 50 ans et suis professeur ceinture noire 5eme Dan de Penchak Silat et expert International en Self Défense et maniement des armes blanches. Je suis fondateur d’une Académie de Penchak Silat (Académie Franck Ropers) qui regroupe prés de 30 écoles de Penchak Silat dans le monde et composée de 45 ceintures noires.
  • Je suis juge interrégional, responsable national fédéral et formateur de ceinture noire en France au sein de la Fédération Française de Karaté.
  • Je suis Diplômé Indonésien, Instructeur fédéral et instructeur du Comité National d’entrainement musculaire de Haute Intensité.
  • Je suis consultant pour des groupes d’Intervention de la Gendarmerie, des Forces de l’ordre la Police et pour des sociétés de sécurité.
  • Je suis intervenant en entreprise en gestion de conflit.
  • Je suis consultant pour des coachs sur la confiance en soi.
  • Je suis auteur d’ouvrage sur le Self Défense : 2 Livres sur le Penchak Silat et la Self Défense et de 50 DVD sur la Self Défense, les armes blanches et le bâton, la préparation physique et mentale.
  • J’écris régulièrement des articles dans les magazines spécialisés en self défense et en arts martiaux.
  • Je suis préparateur physique et mental pour le combat de rue et le combat sur ring.
  • Je suis professeur de Chi Kong thérapeutique et de combat.
  • Je suis démonstrateur lors de galas d’arts martiaux comme le festival des arts martiaux de Bercy.
  • J’anime régulièrement des stages, des salons et des séminaires sur la Self Défense
  • J’anime des stages de Self Défense pour femmes pour des associations.

Face-au-Conflit : Quel a été ton parcours ? Formations ? Première approche des arts-martiaux et sports de combat ?

Franck Ropers :

  • Ancien compétiteur de haut niveau en athlétisme (niveau international), je me suis dirigé vers les arts martiaux à l’âge de 15 ans.
  • J’ai tout d’abord pratiqué divers arts martiaux (Viet vo dao, taekwondo do, karaté et Kung Fu) et ensuite vers 18 ans, ayant besoin de combat avec contact, je me suis orienté vers les sports de combat pendant de longues années (boxe anglaise, boxe thaï, américaine, kick-boxing et Française).
  • Très rapidement, je me suis spécialisé en Self Défense sous tous ses aspects (côté technique, psychologique et gestion de stress).Pour cela j’ai pratiqué des disciplines qui me semblaient préparer au mieux au combat réel comme le Kravmaga, le Kali et le Penchak Silat.
  • J’ai parallèlement travaillé dans le milieu de la sécurité pendant une dizaine d’années en étant successivement videur et agent de protection rapproché ,souvent appelé « Body Gard ».pour des personnalités.
  • En 1996, lors de la création de mon Académie, j’ai mis au point une école de formation structurée pour le Penchak Silat et créé un concept de Self Défense pour hommes et pour femmes (les types d’agressions étant différents). Ce concept est une synthèse de plusieurs styles sélectionnant les techniques les plus efficaces et s’adresse à tous et à toutes celles qui souhaitent se défendre rapidement : l’objectif étant de mettre à leurs dispositions des techniques simples, radicales et  applicables de suite sous la forme de stage ou de cours particuliers. Des la fin du premier module, elles ont des connaissances simples en prévention et maitrises des techniques de défense simples. Ces stages s’adressent aussi bien à pratiquants d’arts martiaux qu’à des néophytes avec une petite condition physique …
  • J’enseigne mon concept depuis maintenant 17 ans : vous y trouvez des exercices spécifiques et élaborés issus de techniques militaires des forces spéciales et adaptées aux civils afin de mettre un individu « lambda » en état de stress en se rapprochant le plus possible de ce qu’il pourrait ressentir physiologiquement ( étouffement, cœur qui bat vite, et jambes qui tremblent) et psychologiquement ( adrénaline, l’effet « tunnel », l’envie de fuir et la peur )  en situation d’agression. Pour information,  j’ai de plus de en plus de demande ce qui m’amène à former tous les ans de plus en plus d’instructeurs en Self Défense : le sentiment d’insécurité et l’envie de ne plus subir est présent.

Face-au-Conflit : Aujourd’hui, tu dispenses des cours dans votre académie, pourrais-tu nous en dire plus ?

Franck Ropers :

  • Je donne effectivement des cours collectifs de Penchak Silat 3 fois par semaine aux adultes, adolescents et enfants.
  • Je prépare des élèves à la ceinture noire
  • Je forme des instructeurs en France et dans d’autres pays
  • J’assure le suivi, le placement en salle et le perfectionnement des professeurs de l’AFR.
  • Je donne des cours particuliers de Self Défense, de remise en forme et de combat au couteau.
  • J’anime des stages de Penchak Silat et de Self Défense dans des clubs de Penchak ou d’autres disciplines martiales qui veulent s’ouvrir à une autre approche de la Self Défense.
  • Je réalise des supports de cours sous forme de DVD afin de diffuser ma conception et mes connaissances en Self Défense.
  • J’ai développé ce concept de self défense suite à la demande de plus en plus grande des élèves de mes salles et des personnes non pratiquantes. Je ne propose pas un art martial ou une méthode de self défense exotique ( comme beaucoup d’autres le font), mais bien un concept basé sur des connaissances de terrain ( mon cursus de videur m’a beaucoup aidé ), de connaissances techniques en combat ( je suis ceinture noire 5ene dan), mes connaissances en bio mécaniques ( diplômé en musculation et préparateur physique ), des connaissances physiologiques ( exemple savoir qu’à partir de 140 pulsations cardiaques à la minute on ne peut pas effectuer des mouvements compliqués comme des clés ), psychologiques liées au conflit (effet tunnel), mais aussi des connaissances des types d’agression et d’agresseur ( mes contacts avec la police m’aident), mais aussi des études empiriques suite à des tests effectués avec divers collaborateurs passionnés de self défense .

Face-au-Conflit : La frontière entre conflit et agression est mince, à travers ces cours, comment abordes-tu la résolution des conflits et la réponse face à une agression ?

Franck Ropers :

  • Tout d’abord, il n’y a pas de réponse type : chaque situation est différente !!
  • Ce qui est certain, c’est qu’il est très difficile de connaitre l’issue d’un conflit : on ne sait pas si on va rester au stade oral ou si on va basculer au stage kinesthésique !! : pour cela il faut connaitre les types de profil ce qui permet de déceler si cela va basculer au stade de l’agression ou du conflit physique ! En effet, un conflit avec un individu sous stupéfiant ou alcoolisé peut difficilement être calmé par la parole !! il faut donc fuir ou frapper fort et ensuite se sauver !!! et appeler les secours !!! Mais encore une fois la théorie en salle c’est simple et tous les conseils sont bons, mais une fois en stress dans la rue ce n’est pas la même chose !!! Une seule chose est sure : en combat de rue, il faut faire le bon choix, car la facture sera lourde de conséquences !!Dons je vais orienter les cours sur l’étude des gestes à ne jamais faire et les positionnements et aptitudes à adopter lors d’un conflit physique afin de réagir vite en cas d’attaque ! On s’entraine lors de simulations de scénarios types afin d’habituer le corps et l’esprit aux conflits (comme le font des groupes d’intervention lors des entrainements). Un test peut être proposé : vous prenez un individu (vous pouvez même tester avec une ceinture noire), si vous le surprenez en l’insultant très fort et en le bousculant vous verrez le temps qu’il va mettre avant de réagir !!! il va être tétanisé, car en salle on applique les techniques de défense en silence, après un échauffement, en kimono ou tenue de sport dans un lieu adapté…si vous criez très fort, insultez violemment (comme le font les agresseurs pour monter en rage et aussi et surtout vous soumettre et vous tester), grimacez…un temps de latence sera présent avant une quelconque réaction de sa part
  • La résolution de conflit se résume à la capacité d’évaluer vos capacités du moment et surtout être capable de mesurer la valeur de ce que vous souhaitez défendre : exemple : telle personne s’engagera dans un conflit pour défendre une idéologie alors qu’une autre s’engagera dans un conflit pour défendre un territoire ou pour une personne proche…tout et question de valeurs liées entre autres à l’éducation et à ses propres valeurs….En tant que portier j’ai vu (lors d’une situation similaire) des videurs rentrer en conflit au risque d’y laisser leur vie juste pour l’honneur  et par contre, d’autres rester en retrait lors de provocation en pensant « je ne vais pas risquer ma peau pour 1500 euros nets par mois !!! »Tout cela il faut y penser avant !! Quand je vois des personnes non entrainées descendre de voiture pou un regard appuyé : je pense qu’elles devraient lire plus souvent les faits divers pour voir combien sont morts comme cela !!
  • La réponse à une agression est personnelle et contextuelle : lors d’une agression, il faut réagir vite !! soit on fuit (si on peut) soit il faut frapper !!! il n’y a malheureusement pas de juste milieu !!!

Face-au-Conflit : As-tu une méthodologie pour résoudre un conflit ? Concrètement que faut-il faire ?

Franck Ropers :

  • Je n’ai que des conseils pas de méthode toute faite : par contre ce qui est sur c’est que de concevoir une agression c’est déjà s’y préparer et est le début d’une formation en Self Défense !
  • La seule méthode que je propose est la prise de conscience, la connaissance des grands types d’agression, la prévention et ensuite la confiance en soi à travers un entrainement progressif (pour ne pas être traumatisant) et proche de la réalité ! Et cela fonctionne bien (20 ans de recul)

Face-au-Conflit : Lors d’une crise, que ne faut-il absolument pas faire ?

Franck Ropers :

  • Rentrer « tête baissée » dans une bagarre ! : un combat de rue évité est un combat gagné et une vie épargnée ! De nos jours les agresseurs sont rarement seuls…et vouloir aller au conflit physique sans avoir observé l’environnement est suicidaire !!! Toujours être conscient qu’une fois engagé on ne sait jamais l’issue de la confrontation…cela peut aller de la poussée en passant par une gifle et finir par un coup de poignard ou de rasoir !!!avoir toujours cela à l’esprit !!! Lors de mes stages et cours privés, j’aborde souvent les attitudes et engagements à ne pas adopter !!

Face-au-Conflit : Dans les simulations c’est important le réalisme?

Franck Ropers :

  • Ce n’est pas important, mais primordial : en effet, plus vous allez participer à des scénarios d’agression plus vous allez préparer votre mental et votre physique à une potentielle agression. En effet, vous aurez déjà vécu une multitude de simulations et ainsi l’agression ne sera plus une inconnue pour vous ! Donc, vous ne serez plus en panique totale, car vous aurez déjà vécu des sensations physiques et psychologiques de l’agression ! Vous saurez qu’elles seront présentes et nécessaires à la survie ! Donc, vous les aurez apprivoisées et vous serez mieux préparé à faire face !! La confiance en vous augmentera .
  • Pensez aux groupes d’interventions qui s’entrainent dans de conditions très proches du réel !!Il faut faire pareil avec une adaptation à nos besoins de civil !!
  • Lors de ces simulations, on se rend rapidement compte que seules les techniques simples et reptiliennes (mouvements moteurs simples) sont applicables et que toutes les techniques compliquées souvent apprises en salle (mouvements moteurs complexes) ne sont pas exploitables en situation de stress.
  • En effet, nous sommes très loin des arts martiaux avec le respect des règles et des codes sportifs : la tout est bon pour survivre !!! tout en respectant le cadre de la légitime défense. Dans la rue, il y a du vice, de la haine et les codes de la rue !!! il faut les apprendre !!! et cela ne s’apprends pas dans un dojo !
  • J’apprends aux personnes à utiliser des objets quotidiens (stylos, magazines, sacs) comme des armes lors d’attaques avec des armes !

Face-au-Conflit : Quelle place accordes-tu à la préparation physique, mentale et à la gestion du stress lors des entrainements ?

Franck Ropers :

  • Le physique, le mental et la gestion du stress sont des paramètres importants lors de la préparation à l’agression.
  • Le mental et la détermination interviennent à hauteur de 50% à 70 % de l’action dans une action de  défense
  • Le physique influence le résultat pour 20  à 50 % dans une défense
  • La technique c’est 20 à 50 %
  • Ce qui explique les différences de pourcentage : c’est que certains individus compensent une faiblesse par un point fort : exemple : un costaud avec une détermination élevée et une agressivité présente sera plus performant qu’une personne très technique avec un physique faible et une détermination peu affirmée.
  • Pour moi la répartition idéale et acceptable (socialement et faisable)  est :
  • 60 % mentale (travail de confiance de sa force de frappe au bouclier en cuir avec des mises en situation et l’application de techniques faciles à placer sur des points sensibles)) 20 % physique (pas besoin d’heures de musculation en salle, d’heures passées devant un sac de frappes ou de footing d’une heure par jour) et 20 % technique (très peu de techniques, mais simples).
  • Pour l’aspect technique : s’entrainer toujours contre des attaques de rue et non conventionnelles (comme le « coup de boule ») comme celles travaillées dans les salles d’arts martiaux sur un tatami ou sur un ring. Les attaques de rue sont très différentes et donc les blocages différents (ceux de la salle de sport ou du dojo ne sont pas adaptés, ce qui explique pourquoi certains arts martiaux ne sont pas adaptés à la self défense, mais je dirais même qu’ils sont dangereux par une fausse mise en confiance de par un conditionnement de gestes, de perception et d’encrage et de mémorisation de gestes de combat sportif qui « ne font pas mal »). Donc pas de techniques de blocage, mais plutôt des contres et surtout des techniques de placement et de gardes déguisées que j’ai mis au point  afin de neutraliser un agresseur avant qu’il ait eu le temps d’envoyer une frappe !!! eh oui ça fonctionne ceux qui suivent mes cours privés et stages privés le savent !!! et en plus c’est simple !!
  • Pour le mental et la détermination : c’est un savant dosage de prise de conscience de ses capacités, de connaissance des profils d’agresseurs, de préparation spécifique issue de techniques militaires de mon concept et surtout de détermination à travers une confiance en soi aiguisée

    au fil de la préparation dans sa globalité. À l’issue de plusieurs cours ou stages les élèves participent à un bilan: ils ont moins peur, ont des réponses à certaines interrogations, connaissent mieux leurs capacités et surtout ont une approche du conflit plus rationnel et des outils à leurs dispositions ! En terme clair, ils se sentent mieux armés. Je peux dire que mes 20 ans d’expérience et de partage de mes connaissances démontrent que même ceux qui venaient au début un peu contraint, éprouvent maintenant un réel plaisir et un vrai besoin !!! certains sont même devenus ceinture noire et instructeur de Penchak !!

Face-au-Conflit : Pour les personnes qui ne peuvent pas forcément se rendre dans une salle d’entraînement, comment peuvent-elles entrainer ? Les DVD que tu viens de réaliser sont-ils complémentaires à tes cours ?

Franck Ropers :

  • Les DVD ne sont que des outils pédagogiques et doivent être vus que comme des supports de cours ou comme des DVD de prises de conscience. Sérieusement, il serait illusoire d’affirmer qu’on peut se préparer à une agression dans son canapé, mais par contre cela peut donner envie d’apprendre la Self Défense ou de perfectionner ses capacités en combat !

Face-au-Conflit : Si le lecteur ne devait retenir qu’une seule chose, quelle serait-elle ?

Franck Ropers :

  • Fuir : toujours fuir si c’est possible et observer l’environnement en ne prenant aucun risque.
  • Observer : cette société aseptisée fait que la plupart des individus ne savent plus observer…  (Combien de personnes partent du principe qu’elles sont sur un trottoir n’entendent pas un scooter qui roule juste derrière !)
  • Faire confiance à son instinct : quand vous ne «  sentez pas une situation ou une personne » ne vous aventurez pas ! la première impression est souvent la bonne…
  • Ne pas laisser parler «  l’égo : vous pouvez regretter un égo mal placé !
  • Prendre conscience  que le conflit fait partie du quotidien (que ce soit au travail, en famille ou dans la rue) et que l’agression est à envisager et qu’elle n’arrive pas qu’aux autres. Ne pas se voiler la face et se préparer en pensant au dicton «  qui prépare la guerre prépare la paix ».
  • Pratiquer une méthode de Self Défense au « cahier des charges » suivant :
  • Très peu de techniques
  • Avec des techniques simples et reptiliennes
  • Applicable quelque soit l’âge, le gabarit et la condition physique
  • S’entrainer exclusivement en tenue civile
  • S’entrainer avec des mises en situation diverses (sols et environnements différents) et réalisées en stress progressif (avec des exercices « HIT » de type « cross fit »)
  • Pratiquer en totale sécurité avec un professeur diplômé d’état ou Fédéral qui a des références fédérales et de terrain pour éviter les cours avec des professeurs non formés.
  • Participer à un de mes stages ou au moins participer à un cours d’essai !!

 

Une partie des DVD’s cités dans l’interview:

 

Pour contacter Franck Ropers :

http://www.academiefranckropers.com/

 

Merci Franck pour ton Témoignage !

10 commentaires
  1. Bonjour,
    Je viens de lire l’article en entier, et je dois dire qu’il est plutôt bien fait.
    Cet interview de Franck Ropers est très instructive. Il m’arrive de le côtoyer mais maintenant j’ai l’envie de le connaitre mieux.
    Merci, et à bientôt ;)

  2. Dommage pour le bruit de fond de l’interview audio.

  3. Bonjour,
    Ce monsieur Franck ROPERS travaille en fait à la Propreté de Paris, Circonscription Fonctionnelle 26, rue Paul Meurice 75020 Paris.standard: 0143615736 demander le responsable de l’execution terrain.
    Il ne le signale nulle part dans son CV, il est vrai que cela ne fait pas trop dur à cuire d’avoir à l’heure actuelle un poste ou l’on pantoufle à près de 3000€ mensuel!!!
    Quel enfumage!!!

    • Pertinence de ton commentaire???

      Absolument aucune….

      • Absolument d’accord
        Le commentaire de RESET est complétement absurde et se passe de commentaires.

  4. je vois pas ce qu’a voir ton commentaire
    Il y a beaucoup d’expert qui travail en plus de leurs tafs de prof d’arts martiaux
    commentaire ridicule.

  5. reset ton commentaireest ridicule

  6. Je pense que RESET devrait s’exprimer en direct avec monsieur ROPERS.

Laisser une réponse