ITV: Christian Pieyre, Gestion des conflits et savate bâton défense

CP-gestion-des-conflits-FAC

Nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui le témoignage de Christian Pieyre, membre de la commission nationale de Savate Bâton Défense et dans l’association « TRANSFAQ », sur la gestion des conflits et la savate bâton défense. Bonne lecture…

« Face à un conflit, il faut avoir une « boite à outils » et choisir celui qui est le bon »

Face-au-Conflit : Bonjour Christian, pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît?

Christian: Retraité  opticien, marié deux enfants.

Face-au-Conflit : Quel a été votre parcours ? Vos Formations ?

Le karaté à 13 ans (C.N. 2D), la Boxe Française Savate à 19 ans (DEJEPS), Instructeur de Savate Bâton défense.

Responsable national des compétitions (92-2012)

Face-au-Conflit : Dans quel secteur d’activité exercez-vous maintenant ?

Dans la commission nationale de Savate Bâton Défense et dans l’association « TRANSFAQ »

Face-au-Conflit : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre structure ?

Pour la commission nationale, le travail de recherche est constant, il nous semble évident de regarder aussi,  comment est abordé le thème  des  violences dans les différentes méthodes C’est pour cela que nous sommes en lien étroit avec  TRANSFAQ

Face-au-Conflit : Pouvez-vous nous expliquer les grandes différences entre sport de combat et self-défense ?

 Un sport de combat  est un sport, avec ses règles (âges, poids, sexes), ses interdits, son cadre, l’incertitude est maîtrisée… La self-défense  aborde des situations imprévisibles, et ne peut toute les prévoir.  La force des mots  n’a pas sa place dans les sports de combat

Face-au-Conflit : Pourquoi choisir la savate-défense ?

 Tout d’abord elle est à l’origine de la savate boxe Française, et le fait d’élargir les possibilités techniques et d’y ajouter les mises en situation  permet de se rapprocher  bien plus de la réalité.

Face-au-Conflit : Avez-vous une méthode pour la gestion des conflits ?

Si j’avais une méthode infaillible, je serais riche !! Face à un conflit, il faut avoir une « boite à outils » et choisir celui qui est le bon. Dans cette boite, en premier il doit y avoir les techniques verbales, la gestion de l’environnement, être à distance de sécurité. Ensuite, face à une attaque physique, se défendre avec détermination si nous en sommes capables ou fuir si possible face à une arme. Il y a des situations où nous n’aurons pas les bonnes « cartes ».

Face-au-Conflit : a contrario, lors d’une crise que ne faut-il absolument pas faire ?

Ne pas rentrer dans l’escalade verbale, ne pas laisser ses émotions  l’emporter sur la raison.

Face-au-Conflit : Pourquoi est-ce important de se former à la gestion des situations de crise ?

 Bien des situations de crises peuvent être évitées avec une meilleure communication, une anticipation et des émotions contrôlées.

Face-au-Conflit : Quelles formations conseilleriez-vous à nos lecteurs?

Nous sommes tous différents, notre niveau de perception de la violence  n’est pas identique. Le mieux serait d’essayer plusieurs méthodes  qui doivent ne pas êtres axés que sur des techniques de sport de combat ou d’art martial.

Face-au-Conflit : Si le lecteur ne devait retenir qu’une seule chose, quelle serait-elle ?

Rien n’est plus important que de retrouver sa famille  le soir en rentrant. Aussi, avant de se lancer dans un conflit physique, il faut bien mesurer si cela en vaut la peine.

Merci Christian!

Laisser une réponse