5 étapes pour mieux réagir face à un conflit

preparation-conflit

Je vous ai présenté il y a quelque temps, une étude de cas sur la gestion des conflits dans laquelle je vous laissais un peu en suspend quant à la méthode à adopter lors de l’altercation.
Je vais tenter d’y remédier aujourd’hui, en vous présentant 5 étapes pour gérer une opposition.

1. Valeurs, Principes et entrainement doivent être votre devise. La gestion d’un conflit se prépare en amont, savoir jusqu’où nous sommes capables d’aller, connaître nos réactions (car il faudra réagir) lors d’une situation de crise et nos capacités physiques. Nous parlons ici de « savoir faire » et « savoir être » pas de « faire paraître ». En somme soyez réaliste, connaissez- vous, croyez en vous, mais ne vous mentez pas sur vos capacités.

2. Lorsque la personne vous accoste, placez- vous de 3/4 quart face, vos jambes légèrement écartées et décalées afin d’avoir une meilleure stabilité. Adoptez une position neutre, levez vos paumes de mains au niveau de vos pectoraux face à votre adversaire. Cette posture aura deux avantages, d’une part elle vous permet une meilleure réactivité en cas de frappe, puis elle montre aux témoins que vous n’êtes pas à l’initiative de l’altercation, ce qui jouera en votre faveur en cas de violence. Observez votre environnement, repérez d’éventuels complices, les sorties, les objets qui pourraient vous aider.

3. Ne fixez pas l’individu dans les yeux, vous ferez mine d’arrogance et de défiance et ce n’est pas notre but, rappelez- vous que notre priorité est de stopper le conflit! Détournez calmement et lentement votre regard, comme si vous vouliez un faire un NON avec votre tête. Ne baissez pas les yeux, votre agresseur l’interprèterait comme de la faiblesse et de la peur.

4. Commencez à dialoguer. Parlez calmement et posément, si vous sentez que votre voix tremble et/ou a du mal à sortir abstenez- vous au maximum de parler. Évitez les remarques désobligeantes, ironiques, un ton agressif et provocateur. Faites croire que vous respectez votre interlocuteur, que vous entendez ces paroles, mais ne vous soumettez pas et ne manifestez pas de peur.

5. a) La personne se calme, la communication a été dissuasive. Laissez-le partir en premier, observez-le et restez vigilant. S’il ne part pas, éloignez- vous de lui, mais surtout méfiez- vous, ces types de personnes sont dotées d’une très grande lâcheté et n’hésiteront pas à vous attaquez dans le dos.

b) L’individu devient de plus en plus virulent et menaçant, vous n’arrivez plus à gérer le conflit et vous sentez que votre intégrité est en jeu. Prenez l’initiative de l’attaque, surtout si la personne semble être sous l’effet de drogues ou d’alcool. Une petite astuce consiste à détourner votre regard et faire un signe de la tête comme si vous saluez un ami derrière lui. Cela perturbera son attention. A ce moment précis, placez votre technique de self- défense et appliquez les recommandations vu en a) pour quitter les lieux. Attention toutefois à être en cas de légitime défense (art 122-5 et suivant du Code pénal). Dans le cas contraire, des poursuites pénales pourraient être menées à votre encontre entrainant un préjudice financier et d’éventuelles séquelles morales.

Récapitulons:

  1. Se connaître pour mieux gérer.
  2. Se positionner correctement.
  3. Adopter une attitude neutre et observer son environnement.
  4. Effectuer une communication dissuasive.
  5. a) Rester vigilant / b) Prendre une initiative.

Surtout, gardez bien en tête que la confrontation physique doit être votre dernier recours pour faire face au conflit.

12 commentaires
  1. C’est un réelle plaisir de lire tes nouvelles.J’aime la page d’acceuille de ton site et sa mise en forme.Je te souhaite beaucoup de succès.

  2. cela correspond bien à mes questions et tu pourrais faire des interventions à notre travail.
    C’est très plaisant à lire.

    • Merci Ted! Pour les interventions ce serait avec plaisir, n’hésites pas à me contacter pour m’en dire un peu plus ;)

Laisser une réponse